Étude

Exemples de lois en vigueur dans les pays musulmans à propos de l’apostasie

Qu'est-ce que la jurisprudence islamique prévoit pour les musulmans qui abandonnent leur religion? Les peines prévues varient-elles selon les pays et les écoles juridiques? Les sanctions infligées en Arabie Saoudite illustrent-elles les excès du wahhabisme ou sont-elles simplement celles requises par l'islam classique? Cet article tente de donner à ces quelques questions une réponse objective et documentée.

Trois personnalités majeures de l’islam sunnite confirment la condamnation de l’apostat

Né à Cordoue en 1126 dans une famille musulmane andalouse, Averroès a été un philosophe, théologien, juriste et médecin de langue arabe. On considère qu’il est un des plus grands penseurs et philosophes musulmans. Il exerça les fonctions de grand Cadi (juge suprême) à Séville, dans l’Espagne musulmane. On lui doit le livre Bidayat Al Mujtahid wa Nihayat Al Muqtasid, disponible en anglais sour le titre « The distinguished Jurist Primer ».

 

Condamnation de l’apostat en islam

Dans l’islam, l’apostasie ne concerne que les musulmans. Elle désigne le fait de quitter la foi musulmane, en devenant athée ou en se convertissant à une autre religion. L’islam considère que l’apostasie est le danger le plus grave auquel le musulman puisse être exposé et qu’elle menace l’identité de la communauté musulmane en remettant en question sa foi en Allah et au Prophète Mahomet.  En raison de ce danger, le droit musulman condamne l’apostat à mort.

Bible et Coran : deux livres, deux messages ?

Face à l’irruption quasi quotidienne de la violence djihadiste dans les médias, face aux récents attentats commis au nom du « Prophète », beaucoup se demandent quel rapport ont ces actes avec l’islam. La réponse communément donnée par les autorités religieuses musulmanes est qu’ils n’en ont pas. Mais une telle affirmation soutient-elle l’examen ? C’est justement ce que nous voudrions vérifier en comparant Coran et Bible sur plusieurs points fondamentaux.

Quelques traits essentiels de la législation criminelle islamique

La théologie islamique considère la Charia comme parfaite, une loi donnée par Dieu et non par les hommes et qui ne peut donc être remise en question. Les apologètes musulmans prétendent que de l’application de la Charia sur toute la terre résulteraient une liberté et une justice universelle. Les commandements de Dieu ont été communiqués au prophète Mahomet par l’archange Gabriel et recueillis dans le Coran et les textes de la tradition islamique.

Hadiths authentiques sur l’apostasie

Dans sa « Sirat de l’Envoyé d’Allah », Ibn Ishâq écrit :

« L'Envoyé d'Allah (Mahomet) ordonna à ses généraux musulmans, avant la prise de la Mecque, de ne combattre que ceux qui les combattraient. Mais il exigea la mort de plusieurs personnes qu'il désigna nomément, dussent-elles avoir cherché refuge sous les voiles de la Ka'bah. Parmi elles figurait 'Abdullâh b. Sa'd, le frère des Banû 'Amir b Lu'ayy.

Importance et rôle de la mosquée

Le mot arabe pour mosquée, masjid, dérive d’une racine de trois lettres s-j-d qui a le sens de prosternation. La mosquée est donc l’endroit où l’on se prosterne devant Dieu. Les mosquées sont aussi souvent désignées sous le terme de beit Allah, « maison de Dieu ». Cela est particulièrement vrai de la mosquée principale de La Mecque et de deux autres mosquées importantes, celles de Médine et de Jérusalem.

Pureté et santé dans la tradition musulmane

Les nombreux préceptes de purification, présents dans le Coran et dans la sunna (tradition), touchant à la fois à la propreté du corps et à l’hygiène mentale et spirituelle, insistent sur le fait qu’un musulman doit être pur, particulièrement avant et pendant l’accomplissement de cérémonies religieuses telles que la prière, le jeûne ou le pèlerinage.

Taqîya – Consigne du secret en cas d’urgence

Rivalité et animosité caractérisent, dès l’origine, la relation entre musulmans sunnites et chiites. La racine se situe dans la légitimité de la succession mais il y a aussi des controverses à propos du texte «exact » du Coran et de la Tradition « exacte » ainsi que sur de nombreuses questions légales, chaque partie accusant l’autre, aujourd’hui encore, d’« incrédulité » et d’« hérésie ».

Crimes d'honneur et émancipation

« A Şanliurfa, une femme a été assassinée. Il a d’abord semblait qu’il s’agissait d’un accident de la route mais la vérité est apparue ensuite : Semse Kaynak, avait été assassinée. Après leur arrestation, son frère et son père ont expliqué qu’elle avait souillé l’« honneur » de la famille et que c’était la raison pour laquelle ils l’avaient précipitée sous les roues de leur tracteur. »

Syndiquer le contenu