Musulmans

Musulmans en France: quelles responsabilités pour les chrétiens?

Dans le cadre de la consultation qui a eu lieu les 9 et 10 février 2009 sur le thème ”La mission de l’Église dans une société multiculturelle”, nous avons animé un atelier sur ”Église et Islam : Musulmans en France”. Vu le temps qui nous était imparti, nous avons choisi de nous concentrer sur les musulmans originaires d’Afrique du Nord[1]. Nous nous sommes tout particulièrement intéressés à ce qu’on appelle ”la seconde génération”, cette catégorie de personnes qui fait parler d’elle d’une manière forte depuis les années 1980. Mais pour bien comprendre ce mouvement des beurs, il faut remonter aux années soixante et soixante-dix où toute une population nord-africaine s’est mise en marche vers la Métropole. Ajouter à cette vague d’immigration de la première heure, une autre vague lors de ces deux dernières décennies (1990-2000) due au terrorisme qui a poussé un bon nombre d’algériens à immigrer en France.

Conviction et tolérance: peut-on faire sans?

En réponse aux menaces que des groupes islamistes et salafistes font peser sur certains pays d’Europe, des groupes d’insurrection « chrétiens » se constituent en secret et s’entraînent pour « combattre la prise du territoire par les musulmans ». Bien qu’irréductiblement opposés, ces deux types de groupes se ressemblent comme des frères jumeaux et ont au moins deux caractéristiques en commun : ils haïssent la démocratie et défendent le droit exclusif de leur "religion" à prendre le contrôle d’aires géographiques déterminées.

Relations islamo-chrétiennes – la troisième voie

Depuis les origines, les relations islamo-chrétiennes ont été difficiles pour diverses raisons, théologiques aussi bien que politiques. Du temps du Prophète de l’islam, d’une manière générale, les chrétiens arabes n’ont pas reconnu le statut prophétique de Mahomet, mais ils n’ont pas eu pour autant à quitter l’Arabie. Leur statut de « Peuple du Livre », qui découle du fait qu’ils ont reçu l’Évangile de Jésus Christ, leur a permis de vivre au sein de la communauté musulmane sans avoir à se convertir à l’islam. Cependant, ils devaient reconnaître et se soumettre à l’autorité de l’Etat islamique.

Point de vue musulman sur la Bible

Parmi les musulmans, on croit depuis longtemps que le texte de la Bible a été falsifié. On suppose que l'Ancien comme le Nouveau Testament étaient à l'origine des révélations authentiques de Dieu, mais qu’à une certaine époque, ils ont été modifiés et déformés par les êtres humains. Les musulmans non-théologiens n’ont qu’une vague idée de la façon dont ces changements ont été effectués et quels passages bibliques seraient concernés. Par contre, les théologiens musulmans s’efforcent de corroborer le dogme islamique de la falsification des textes bibliques au moyen d’arguments tirés de l'exégèse historico-critique pratiquée par les théologiens chrétiens.

Muhammad et le Coran: une question d'honneur ou d'histoire?

Muhammad et le Coran

Depuis l’affaire des Versets sataniques de Salman Rushdie, le monde musulman réagit régulièrement aux atteintes à l’honneur de Muhammad. Dans un Occident qui tend à séparer pouvoir religieux et pouvoir politique, et qui fait de la critique libre de toute autorité ou dogme un aspect fondamental de ses démocraties, les proportions que prennent ces réactions sont difficilement compréhensibles.Il est donc urgent de revenir sur la relation que les musulmans entretiennent avec leur prophète. Pour eux, il est le modèle insurpassable, l’homme dont ils admirent tous les aspects de la personne et dont les enseignements, consignés dans le Coran, concluent et jugent toute révélation antérieure. Toute attaque contre Muhammad ou le Coran est donc immédiatement perçue comme le type d’agression le plus grave qu’ils puissent subir.

Between Naivety and Hostility (Entre naïveté et hostilité)

Chrétiens musulmans

Si les éditeurs de ce livre sont très conscients de l’hostilité que suscite l’islam en Grande-Bretagne et montrent comment y porter remède, ils n’hésitent pas pour autant à parler des problèmes réels que soulèvent l’islam radical et son expression politique, l’islamisme. A ce propos, ils rappellent que, bien que la Grande-Bretagne ne doit pas être considérée comme une nation chrétienne, toutes ses institutions, ses lois et ses valeurs fondamentales sont substantiellement redevables à l’héritage judéo-chrétien qui soutient l’idée de dignité humaine, d’égalité et de liberté. Il ne faut donc ni diaboliser l’islam, au risque de ne plus pouvoir entrer en relation avec les musulmans, ni en ignorer les aspects dangereux, au risque de brader les valeurs judéo-chrétiennes qui fondent nos sociétés ouvertes.

Le Printemps arabe et ses défis: un chrétien syrien donne son point de vue

Printemps Arabe Syrie

Nombreux sont les défis qui se présentent aux peuples arabes, aux chrétiens en particulier, en raison de ce qu’il est maintenant convenu d’appeler ‘le Printemps arabe’. Les chrétiens représentent environ cinq pour cent de la population arabe. Les quinze millions d’Arabes chrétiens vivent dans tous les pays du Proche-Orient, l’Eglise d’Egypte étant la plus grande de toutes. En tant que minorité ces chrétiens se sentent particulièrement vulnérables d’autant plus que leur loyauté est parfois mise en doute en raison des relations qu’ils entretiennent avec les anciennes puissances coloniales toujours considérées comme des pays chrétiens par les musulmans en général.

Musulmans et chrétiens ne pourraient-ils pas renoncer à l'idée de détenir seuls la vérité ?

Musulmans et chrétiens
A la question « comment vivre avec les musulmans », certains proposent de répondre par « un commerce de lumières », par le partage, entre gens de religions différentes, de ce qu’il y a de meilleur dans leurs traditions spirituelles respectives. Il y a indéniablement quelque chose à gagner à ces échanges, et une laïcité bien comprise devrait en préserver la pratique. Mais il est illusoire de penser qu’une telle démarche résout tous les problèmes. Ni l'islam ni le christianisme ne sont réductibles à de simples principes de « sagesse » dont on pourrait tranquillement discuter les mérites et faire une synthèse qui dépasserait leurs clivages.

La spiritualité a-t-elle un rôle à jouer dans la vie publique?

Dans un article récent, (Des millions d'individus réduits à une étiquette: 'musulman'", Le Temps, 6.9.2011), Stéphane Lathion a mis en évidence deux conséquences désastreuses des attentats du 11 septembre 2001. En Europe, non seulement on assiste au repli identitaire de certains musulmans en réponse aux discours malveillants et exclusifs des partis de droite dure, mais le regard posé sur eux tend à ne rien voir sinon leur religion. Comment résister à ce mouvement de polarisation malsain et continuer d’affirmer qu’il est possible de vivre ensemble ? A ce problème, Stéphane Lathion suggère une solution : ne plus parler d’islam et de musulmans. Si cet appel à ne pas réduire les personnes à leur religion est pertinent, le moyen d’y parvenir le paraît moins.
 

Mariages polygames pour bientôt en Suisse ?

Mariage polygame en suisse

Faudra-t-il un jour autoriser les mariages polygames en Suisse ? La question est moins absurde qu’il n’y paraît. En Australie, des leaders musulmans ont récemment réclamé que le mariage polygame soit autorisé, puisque la demande existe dans le pays. Et le 30 juin, Hani Ramadan affirmait dans un courrier des lecteurs de la TdG que « c’est arbitrairement que l’on assimile aujourd’hui l’idée de monogamie au Christianisme ».

Syndiquer le contenu