Musulmans

Pureté et santé dans la tradition musulmane

Les nombreux préceptes de purification, présents dans le Coran et dans la sunna (tradition), touchant à la fois à la propreté du corps et à l’hygiène mentale et spirituelle, insistent sur le fait qu’un musulman doit être pur, particulièrement avant et pendant l’accomplissement de cérémonies religieuses telles que la prière, le jeûne ou le pèlerinage.

Peut-on concilier liberté religieuse et paix sociale?

Comment comprendre les tensions actuelles autour des signes religieux ? Pourquoi les demandes que font certains musulmans au nom de la liberté religieuse suscitent des réactions alarmées de la part d’autres personnes qui, par ailleurs, regardent la liberté religieuse comme un fondement essentiel de notre société ?

Pour commencer d’élucider cette apparente contradiction, il faut s’intéresser à la compréhension que les uns et les autres ont de la liberté religieuse.

Crimes d'honneur et conceptions de l'honneur

« Senel Habes, de Kilis, divorcée, se rend au commissariat de police et raconte qu’elle est harcelée par son ex-mari. Paniquée, elle demande la protection du bureau du Procureur de la République. Bien que le danger soit avéré,  les autorités ont ignoré son appel à l’aide. Elle portait, sur son visage, les marques très nettes faites par l’acide que son mari avait jeté sur elle. Vingt jours plus tard, Senel Habes était tuée par son ex-mari. »

Musulmans et chrétiens ont-ils les mêmes raisons d'espérer?

Musulmans et chrétiens affirment tous deux avoir une « espérance ». Mais en quoi consiste-elle et sur quoi est-elle sensée déboucher ? Présentation et comparaison en quelques questions.

Témoigner de sa foi à un musulman: possible sans offense inutile?

Le prophète Jésus a clairement ordonné à ses disciples d’annoncer sa Parole à tous les peuples de la terre. Il n’est donc pas concevable que ses disciples se taisent. Mais, à toutes les époques, les disciples de Jésus ont eu à éviter deux extrêmes : la timidité, qui peut paralyser le témoignage et l’arrogance, qui peut blesser la personne à qui est destiné ce témoignage. La nécessité de trouver et maintenir un équilibre entre ces deux extrêmes est d’autant plus importante que la situation des chrétiens actuellement persécutés en pays musulmans peut inciter certains chrétiens à adopter envers les musulmans vivant en Occident une attitude plus inspirée par la peur et le ressentiment que par la paix et la grâce. Le texte collectif[1] qui suit fait plusieurs recommandations de conduite dont chacun pourra librement s’inspirer dans ses relations avec voisins, collègues et amis musulmans.

Le pardon de Dieu en Islam

Dans cet article, Chawkat Moucarry invite le lecteur à une étude comparée des conditions du pardon de Dieu telles qu'elles sont énoncées dans le Coran et dans la Bible. Les passages bibliques à consulter sont mentionnés entre parenthèse​s, après la référence des passages coraniques.

 

Il y a dans le Coran de nombreux textes qui évoquent le pardon divin sous des angles différents. Il est important de considérer ces textes dans leur ensemble pour se faire une idée juste de l’enseignement islamique sur ce sujet.

Mariages inter-religieux en islam

Que dit la loi islamique sur les mariages entre musulmans et gens d’autres religions ? Que permet-elle et qu’interdit-elle ? L’entretien qui suit s’efforce de répondre à ces questions. Il s’est déroulé entre plusieurs membres de l’Institut allemand pour les Etudes islamiques (IFI) et le juriste égyptien Rafiq Youssef.

Q : « Est-ce que les lois concernant le Mariage islamique permettent un mariage entre un Juif ou un Chrétien, un « protégé » (en arabe : ذمّي  Dhimmi), et une femme musulmane ? »

La Bible et les autres livres religieux

Pourquoi plusieurs religions se réclamant de la Bible ne sont-elles pas d’accord entre elles ? La Bible est source d’inspiration pour plusieurs courants de pensée. Outre certaines religions, nombreuses sont les sectes qui disent se fonder sur la Bible. Mais ici, on se focalisera sur les trois religions dites monothéistes :  judaïsme, christianisme et islam. En effet, elles ne sont pas d’accord sur tout, en particulier sur l’essentiel dans une approche chrétienne, à savoir la place accordée à Jésus-Christ. Pourtant elles se réfèrent toutes les trois à la Bible, chacune à sa manière. Comment expliquer cela ?

Le suicide, le martyre et le jihad dans le Coran, la théologie islamique et la société

« Quiconque tuerait une personne non coupable d'un meurtre ou d'une corruption sur la terre, c'est comme s'il avait tué l'humanité entière. Et quiconque sauve une vie, c'est comme s'il sauvait l'humanité entière. » (Sourate 5:32).

L'islam cautionne-t-il la violence ? Ce verset de la 5° sourate du Coran, qui fait écho presque mot pour mot à des passages de la Mishna et du Talmud faisant référence à Israël, est fréquemment cité dans les récents débats autour des attentats-suicide dans l'islam. Est-il la preuve que l'islam interdit de tels attentats ? Les attentats-suicide perpétrés presque quotidiennement ces dernières années par des extrémistes qui se réclament de l'islam pour justifier leurs actes posent la question : l'islam est-il une religion intrinsèquement violente ou une religion de paix ? Les réponses des musulmans eux-mêmes à cette question divergent.

Lutte, effort et combat ou les différents sens du mot jihâd

Le Dr Makram Abbès est maître de conférence à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon. Ses travaux portent sur la philosophie morale et politique en Islam et plus particulièrement sur les thèmes de la guerre et du gouvernement. Dans le texte qui suit, l’auteur, qui s’inscrit dans le champ de la philosophie politique, montre comment, à l’avénement de l’Islam, la notion de guerre (Al harb) a pris un sens plus large rendu par le mot « jihâd ». Ce terme exprime à la fois une vision de l’existence humaine, en tant que lutte, et une éthique impliquant endurance, constance dans l’effort et perfectionnement de soi. Cette double détermination éthique et existentielle se trouve liée à une signification guerrière. Cependant, d’après l’auteur, une étude attentive des différents passages du Coran montre que la propagation de l’Islam n’est jamais subordonnée à la guerre et à l’activité militaire. Ce point de vue, qui est celui de savants musulmans modérés, n’est pas partagé par tous les étudiants de l’Islam.

Syndiquer le contenu