Dr. Christine Schirrmacher

Quelques traits essentiels de la législation criminelle islamique

La théologie islamique considère la Charia comme parfaite, une loi donnée par Dieu et non par les hommes et qui ne peut donc être remise en question. Les apologètes musulmans prétendent que de l’application de la Charia sur toute la terre résulteraient une liberté et une justice universelle. Les commandements de Dieu ont été communiqués au prophète Mahomet par l’archange Gabriel et recueillis dans le Coran et les textes de la tradition islamique.

Taqîya – Consigne du secret en cas d’urgence

Rivalité et animosité caractérisent, dès l’origine, la relation entre musulmans sunnites et chiites. La racine se situe dans la légitimité de la succession mais il y a aussi des controverses à propos du texte «exact » du Coran et de la Tradition « exacte » ainsi que sur de nombreuses questions légales, chaque partie accusant l’autre, aujourd’hui encore, d’« incrédulité » et d’« hérésie ».

Qui est Dieu dans le Coran? (2ème partie)

Allah a placé l’humanité sur la terre comme « disciples » ou « représentants » (en arabe khalifa) et, pour la courte durée de leur vie, leur a confié des biens terrestres, leur a donné autorité sur eux, leur a permis de prospérer mais leur réclame des comptes à la fin de leur vie sur la façon dont ils ont géré ces choses et s’ils ont reconnu en Allah le donateur de toutes choses. On peut clairement lire dans le Coran que c’est la volonté d’Allah qu’il y ait des riches comme des pauvres dans le monde.

Qui est Dieu dans le Coran? (1ère partie)

Le Coran ne contient aucun passage proposant une description systématique des attributs de Dieu. En arabe, il est appelé « Allah » ce qui signifie simplement « Le Dieu ». Dieu ne se présente pas lui-même dans le Coran comme il le fait dans l’Ancien Testament par ces paroles « Je Suis celui qui Suis » (Exode 3 :14, Segond 21) mais il demeure caché, mystérieux. Il est complètement séparé de sa création et ne peut absolument pas être comparé à un de ses êtres créés car « Il n’y a rien qui Lui ressemble » (Sourate 42,11).

Syndiquer le contenu