Controverses

Exemples de lois en vigueur dans les pays musulmans à propos de l’apostasie

Qu'est-ce que la jurisprudence islamique prévoit pour les musulmans qui abandonnent leur religion? Les peines prévues varient-elles selon les pays et les écoles juridiques? Les sanctions infligées en Arabie Saoudite illustrent-elles les excès du wahhabisme ou sont-elles simplement celles requises par l'islam classique? Cet article tente de donner à ces quelques questions une réponse objective et documentée.

Trois personnalités majeures de l’islam sunnite confirment la condamnation de l’apostat

Né à Cordoue en 1126 dans une famille musulmane andalouse, Averroès a été un philosophe, théologien, juriste et médecin de langue arabe. On considère qu’il est un des plus grands penseurs et philosophes musulmans. Il exerça les fonctions de grand Cadi (juge suprême) à Séville, dans l’Espagne musulmane. On lui doit le livre Bidayat Al Mujtahid wa Nihayat Al Muqtasid, disponible en anglais sour le titre « The distinguished Jurist Primer ».

 

Condamnation de l’apostat en islam

Dans l’islam, l’apostasie ne concerne que les musulmans. Elle désigne le fait de quitter la foi musulmane, en devenant athée ou en se convertissant à une autre religion. L’islam considère que l’apostasie est le danger le plus grave auquel le musulman puisse être exposé et qu’elle menace l’identité de la communauté musulmane en remettant en question sa foi en Allah et au Prophète Mahomet.  En raison de ce danger, le droit musulman condamne l’apostat à mort.

Hadiths authentiques sur l’apostasie

Dans sa « Sirat de l’Envoyé d’Allah », Ibn Ishâq écrit :

« L'Envoyé d'Allah (Mahomet) ordonna à ses généraux musulmans, avant la prise de la Mecque, de ne combattre que ceux qui les combattraient. Mais il exigea la mort de plusieurs personnes qu'il désigna nomément, dussent-elles avoir cherché refuge sous les voiles de la Ka'bah. Parmi elles figurait 'Abdullâh b. Sa'd, le frère des Banû 'Amir b Lu'ayy.

Syndiquer le contenu