« Sam et Salem », une BD à contre-courant

Peut-on parler de relations entre musulmans et chrétiens sans que des extrémistes de tous bords s’emparent du débat et dressent une communauté de foi contre l’autre ? Oui, répond en substance Jôli, l’auteur de cette BD, à condition de privilégier l’amitié sur la défense d’idéologies rigides et d’accepter de rire un peu de soi-même. A découvrir !

Quand l’idée de cette BD vous est-elle venue ?

En septembre 2009, à mon retour de Mauritanie où j’ai passé près d’une douzaine d’années

Dans quel contexte Sam et Salem se lient-ils d’amitié ?

L’histoire se passe dans un pays musulman imaginaire, mais qui est très inspiré de mon vécu en Mauritanie.

On a l’impression, en lisant cette histoire, que vous y mettez beaucoup de vous-même. Qu’est-ce que vous cherchez à faire passer ?

Je veux dire à mes lecteurs qu’il est possible aux musulmans et aux chrétiens d’entretenir des relations d’amitié.

Une personne disait : « L’ignorance mène à la peur, la peur mène à la haine et la haine conduit à la violence ».

Je souhaite également aider les non musulmans à comprendre quelque chose de l’islam, en particulier les 5 piliers, c’est-à-dire, la confession de foi, la prière, le jeûne, l’aumône et le pèlerinage à la Mecque. Il est trop facile de juger la religion de l’autre sans rien en connaître ni rien en comprendre.

Ce récit est aussi une fantastique occasion d’interpeler le lecteur sur la question de l’au-delà. Où vais-je me retrouver une fois que j’aurai quitté ce monde ? Mais tous ces sujets sérieux, j’ai voulu les aborder avec une note d’humour parce que ça nous permet de prendre un peu de recul vis-à-vis de soi-même et ça met de l’huile dans les rouages de la relation.

Quels sont les malentendus et les points qui vous paraissent les plus importants à corriger dans les rapports entre musulmans et chrétiens ?

J’ai remarqué qu’en Occident, lorsqu’on parle des musulmans, les première idées qui nous viennent à l’esprit sont le terrorisme, la violence, la question de la burka, etc. C’est vrai que ce sont des réalités, mais elles concernent une minorité de musulmans. Malheureusement, c’est ce dont les média parlent le plus.

En pays musulmans, on observe le même type d'amalgame, en sens inverse. Beaucoup associent le terme « chrétien » à la culture occidentale, et plus spécialement à ce que les musulmans considèrent comme des signes évidents de la déchéance de notre civilisation, l’immoralité mais aussi la démocratie et la liberté des femmes.

Dans cette BD, j’aimerai proposer l’image d’un Salem qui est musulman pratiquant, bon et honnête et qui n’approuve ni ne soutient le terrorisme. Quant à Sam, je cherche à donner de lui une autre image que celle du chrétien que véhiculent généralement les médias, bien que dans cette BD, il y ait plus d’éléments concernant l’islam que le christianisme. Le deuxième tome sera différent.

Avez-vous déjà reçu quelques échos de la part de lecteurs musulmans ou non musulman ?

Oui, j’ai soumis mon travail à quelques femmes musulmanes dont certaines portaient le voile. En feuilletant les planches, certaines ont souri et ont dit que « c’était tout à fait ça ». Une Suissesse mariée à un musulman syrien m’a écrit : « BRAVO! Magnifique ! Fantastique! Avec mon mari, nous avons lu cette BD avec grand plaisir ». Elle a ajouté à un des dessins le commentaire : « C’est ma vie !» Une femme tunisienne, immigrée en Autriche m’a dit: « C’est très joli à voir. Grâce à une BD, les chrétiens vont peut-être commencer à comprendre comment l’Islam fonctionne sans que ce soit trop sérieux et les musulmans vont se marrer. »

Plusieurs amis chrétiens ont également apprécié le côté humoristique du récit et ont appris des choses sur l’Islam.

A la fin de l’histoire, Sam dit à Salem qu’il peut consulter un site « pour en savoir plus ». De quel site parle-t-il ?

Cette BD aborde, pour l’essentiel, des aspects de l’Islam. Elle ne révèle pas grand-chose de la foi de Sam. Le site http://www.bechir.org, je l’espère, fournira quelques réponses aux questions que le lecteur pourrait se poser en cours de lecture.

Prévoyez-vous une suite à « Sam et Salem » ?

Oui, Salem viendra en Suisse en tant que requérant d’asile. Je vais chercher à montrer par où doit passer un requérant lorsqu’il arrive dans notre pays. Je prévoie d’ajouter un personnage qui sera « le méchant », un raciste qui ne veut pas d’étranger chez lui. Salem y découvrira aussi le monde « chrétien ». Il sera question d’interpeler le lecteur sur le sujet très sensible de l’immigration, et cela toujours….avec une touche d’humour.

A partir de quand et où « Sam et Salem » sera-t-il mis en vente ?

Dès le 17 mai. Pour ceux qui voudraient passer leur commande sans se déplacer, c’est possible en envoyant un mail à info@bechir.org.