Exemples de lois en vigueur dans les pays musulmans à propos de l’apostasie

Qu'est-ce que la jurisprudence islamique prévoit pour les musulmans qui abandonnent leur religion? Les peines prévues varient-elles selon les pays et les écoles juridiques? Les sanctions infligées en Arabie Saoudite illustrent-elles les excès du wahhabisme ou sont-elles simplement celles requises par l'islam classique? Cet article tente de donner à ces quelques questions une réponse objective et documentée.

Condamnation de l’apostat dans les pays « stricts »

Code Pénal soudanais

Article 126 :

1) Est coupable du délit d'apostasie tout musulman qui incite à quitter la nation de l'Islam ou qui manifeste ouvertement son abandon de l’islam par des propos ou des actes explicites.

2) La personne coupable du délit d'apostasie est invitée par le tribunal à se repentir pendant une période déterminée. Si elle persiste dans son apostasie et n’est pas convertie à l’islam de fraîche date, elle sera punie de mort.

3) Le jugement pour apostasie est annulé si l'apostat se rétracte pendant le délai qui lui est accordé.

 

Code pénal mauritanien.

Article 306 : Tout musulman coupable du crime d'apostasie, en parole ou en action, de façon apparente ou évidente, sera invité à se repentir dans un délai de trois jours. S'il ne se repent pas dans ce délai, il est condamné à mort en tant qu'apostat, et ses biens seront confisqués au profit du Trésor Public. S'il se repent avant l'exécution de la sentence, le parquet saisira la Cour suprême en vue de sa réhabilitation dans tous ses droits, sans préjudice d'une peine correctionnelle prévue au 1er paragraphe du présent article.

 

Projet de la Ligue arabe

Le projet de la Ligue arabe prévoit d’étendre la condamnation à mort de l’apostat à l’ensemble du monde arabe. Dans son livre « Les sanctions dans l'islam avec le texte et la traduction du code pénal arabe unifié de la Ligue arabe ( https://www.amazon.fr/sanctions-dans-lislam-traduction-unifi%C3%A9/dp/1535388749 ) Sami Aldeeb expose les sanctions prévues par l'islam. Il produit le texte arabe et sa traduction intégrale des dispositions islamiques du Code pénal arabe unifié adopté à l'unanimité par les ministres arabes de la justice et publié sur le site de la Ligue arabe. Ce Code prévoit pour l'apostat, la mise à mort par lapidation, pour le voleur, l'amputation de la main et pour les fornicateurs, hommes ou femmes, la flagellation.

 

Condamnation de l’apostat dans les pays « modérés »

Maroc.

Dans ce pays, l’apostat n’est pas condamné à mort, mais le Conseil des Oulémas réclame le rétablissement de la peine de mort pour l’apostat ( http://www.alterinfo.net/Maroc-La-peine-de-mort-recommandee-pour-les-apostats_a89341.html).

Dans la vidéo ci-dessous, Rachid, marocain converti au christianisme, interpelle le Roi du Maroc à propos de la liberté religieuse et des sanctions actuellement prévues pour l’apostat dans ce pays.

https://www.youtube.com/watch?v=VmurR-Iw1RA&t=24s

 

Algérie.

Dans ce pays, le Conseil supérieur des Oulémas, rattaché au Ministère des affaires religieuses, continue à réclamer la condamnation à mort de l’apostat. Ce Conseil se réfère au hadith d’An-Nassayi précisant que l’apostat sera déshérité et n’aura pas le droit d’être inhummé dans les cimetières officiels réservés aux musulmans.

Fatwa du site officiel du Ministère des affaires religieuse en Algérie : Fatwa qui demande la peine de mort pour l’apostat.

 

Pas de différence entre sunnites et chiites dans l'application de la charia

En Occident circule une idée erronée: on pense que l’exécution des apostats ou des homosexuels, ou les châtiments corporels comme la lapidation pour les adultères, la flagellation pour les fornicateurs ou l’amputation de la main pour les voleurs, sont une spécificité de l’islam wahhabite ou salafiste. Il s’agirait, laisse-t-on entendre, d’interprétations sectaires. Il n’en n’est rien. L’islam authentique impose ces châtiments et il existe à cet égard un large concensus entre musulmans. Les deux principaux courants de l’islam, sunnisme et le chiisme, imposent des châtiments identiques, comme le montre le Code pénal islamique de l’Iran.

Condamnation de l’adultère :

Article 63 – Adultère se dit d’accouplement d’un homme avec une femme qui lui est en principe interdite, même sous contrainte ; sauf des cas de doute à propos de la pénétration ;

Article 74- Pour qu’il entraîne une peine de flagellation ou la lapidation, l’adultère doit être prouvé par le témoignage de quatre hommes justes ou trois hommes et deux femmes justes ;

Article 84- Les femmes âgées mariées et les hommes âgés mariés reconnus coupables d’adultère recevront des coups de fouet avant d’être lapidés.

Article 88- L’adultère des femmes ou des hommes non mariés est puni de cent coups de fouet.

Article 100- L’homme adultère doit subir les coups de fouet debout et dépouillé de ses vêtements sauf de ce qui est nécessaire pour couvrir les parties génitales. Les coups doivent fortement toucher tout le corps sauf la tête, le visage et les parties génitales. La femme doit être fouettée assise avec ses vêtements attachés à son corps.

Article 102- L’homme et la femme adultères sont enterrés dans une fosse, le premier jusqu’à la taille, la seconde jusqu’au-dessus des seins, et sont ainsi lapidés.

Article 103- Lorsqu’un condamné parvient à s’extraire de la fosse, si son adultère a été prouvé sur la base de témoignages, il sera ramené dans la fosse pour être lapidé, mais si la condamnation a été prononcée sur la base de ses aveux, il sera épargné…

Article 104- Les pierres utilisées pour la lapidation ne devront pas être trop grosses pour entraîner la mort d’un coup ou deux ; elles ne doivent pas être si petites que l’on ne puisse leur donner le nom de pierre.

Connaître le système légal iranien basé sur le chiisme

Les lois islamiques du chiisme ne diffèrent pas de celles du Sunnisme. On peut constater que le Code pénal de l’Iran n’a rien à envier à celui de l’Arabie Saoudite. L’ensemble des lois pénales actuelles du régime iranien, intitulé le code pénal islamique, est entièrement basé sur les préceptes coraniques et la Charia. Ces articles de lois prévoient des châtiments corporels comme la peine de mort, la torture et la flagellation.

http://www.iranfocus.com/fr/index.php?option=com_content&view=article&id=7998:connaitre-le-systeme-legal-iranien&catid=4:femmes&Itemid=29

http://www.iranhrdc.org/english/human-rights-documents/iranian-codes/3200-islamic-penal-code-of-the-islamic-republic-of-iran-book-one-and-book-two.html